• Astuce du jour. Une idée chaque jour...
  • Né sans bras, sans jambes, ce que ce petit garçon fait dépasse notre imagination ! Respect !

    Parfois, nous n’avons pas besoin de beaucoup pour vivre heureux. Il suffit d’être reconnaissant de ce que nous avons et même quand nous rencontrons des obstacles dans la vie, nous pouvons facilement les dépasser, en ayant confiance nous et en nos capacités mais aussi en nous adaptons à la situation. C’est justement le cas du petit Tiyo né sans bras et sans jambes et dont le handicap ne l’empêche pas d’avancer dans sa vie.

    Tiyo Satrio est un enfant de 11 ans, originaire du village de Penawangan à West Java en Indonésie. Né sans membres (sans bras et sans jambes), ce petit croque pourtant la vie à pleine dent et ne laisse en aucun cas son handicap être un obstacle à son bonheur et son progrès.

    L’histoire d’un enfant plein d’espoir :

    Pendant sa grossesse, la maman de Tiyo, Mimi, n’était pas consciente de l’état de santé de son bébé. Et même quand elle a accouché, on ne lui a pas expliqué directement que son enfant était né avec un handicap.

    Mimi affirme que la sage-femme lui a assuré que tout était normal. Que l’accouchement s’est bien déroulé et que son bébé était en bonne santé et n’avait aucun problème.
    Ayant accouché pendant la nuit, la sage-femme l’a donc rassurée et ce n’est que le lendemain qu’elle lui a expliqué la situation de son enfant.

    Mimi était choquée d’entendre que son bébé avait un tel handicap et ne savait pas comment réagir sur le moment. Elle était surprise de savoir que son dernier bébé n’était pas vraiment comme ses autres enfants. Mais elle s’est vite adaptée à la situation et l’a accepté, chose qui a joué un grand rôle dans le développement de la personnalité de Tiyo.

    Les parents de Tiyo, Mimi et son mari Wawan, s’occupent du petit à temps plein. Le couple a aussi 4 autres enfants, mais ils ne vivent pas dans le même village et ne peuvent donc pas aider à prendre soin de Tiyo.

    Tiyo est certes capable de réaliser quelques tâches tout seul, mais il a toujours besoin de ses parents pour en faire d’autres. Ils doivent par exemple l’habiller, le nourrir et le laver.

    La famille recevait un financement de l’État mais depuis plus d’un an, les parents affirment ne plus recevoir d’aide.
    Le père de Tiyo explique qu’il est difficile pour eux de travailler, alors qu’ils doivent prendre soin de l’enfant à longueur de journée.

    L’école de Tiyo essaie tant bien que mal d’aider la famille et s’occupe du transport du petit. Chaque matin, une institutrice passe prendre Tiyo en moto.

    Malgré son handicap, Tiyo arrive toutefois à effectuer plusieurs tâches. Il a appris à écrire en tenant le stylo dans sa bouche et est au même niveau que ses camarades.

    La directrice de l’école a même affirmé que le QI de Tiyo était élevé et qu’il était capable de résoudre des problèmes de mathématiques de CM1 alors qu’il n’est qu’en CE1.

    Mais Tiyo n’a pas toujours été comme ça. Il a pendant longtemps eu des difficultés qui pour un moment l’ont empêché d’avancer.

    Tiyo avait arrêté l’école pour un moment à cause de son handicap et son manque de confiance en soi. Mais aujourd’hui, il assiste régulièrement aux cours. Ses camarades et quelques-uns de ses instituteurs s’occupent de lui à l’école. Ils le portent et poussent sa chaise roulante.

    Comme tout enfant de son âge, Tiyo ne fait pas qu’étudier mais s’amuse aussi ! C’est un vrai addict aux jeux vidéo. Sa maman affirme qu’il aime beaucoup jouer et qu’il ne rate pas l’occasion dès qu’il a un moment libre.

    Après avoir pris son bain matinal et en attendant que son institutrice passe le chercher, Tiyo joue. Et quand il rentre de l’école également, il prend du temps pour faire son activité préférée. Tiyo utilise son menton pour manier la manette de jeu.

    source:santeplusmag

    Facebook Comments